Cécile, maman du blog voyage Teamballet.fr, ou l’art de partir au bout du monde en famille

par | 11 mai 2021 | 0 commentaires

Cécile, 36 ans, maman de 2 filles de 9 et 13 ans, a créé le blog TeamBallet.fr en 2016 lors de son premier voyage en famille. Aujourd’hui digital nomad, elle nous explique son parcours, l’évolution de son projet digital, et sa façon d’envisager l’école à la maison pour profiter pleinement de sa famille.

D’où est venue cette envie d’avoir une famille nomade ? Quel a été le déclic ?

Avant notre premier voyage, nous menions une vie tout à fait classique : mon mari Howard était manager dans un magasin de grande distribution. Moi j’ai enchainé pas mal de boulots salariés. On avait une maison, qu’on avait construite nous-mêmes, et les filles allaient à l’école.

Nous avons toujours été très famille, et nous vivions sur le terrain de mes parents. Mais mon père est tombé malade. J’ai arrêté de travailler pour m’occuper de lui. Son cancer l’a emporté à seulement 66 ans. Ça a été un choc. Et nous nous sommes dit : « La vie c’est maintenant. Il ne faut pas attendre une retraite que nous risquons de ne pas atteindre ».

Mon mari et moi étions issus de familles qui voyagent. Moi j’ai grandi entre la France et la Réunion. Et mes parents m’ont toujours éduquée en me disant que j’étais libre de faire ce que je voulais, et qu’il fallait tout faire pour se donner les moyens d’avoir une vie heureuse.

Alors on a tout plaqué, on a vendu la maison, on a retiré les enfants de l’école. Et nous sommes partis 7 mois avec nos sac à dos pour faire le tour de l’Océan Indien et de l’Asie du sud-est.

Et le blog, il est arrivé comment ?

Au début, notre blog TeamBallet.fr servait à partager notre aventure avec la famille et les amis, puis d’autres personnes l’ont découvert. Une communauté, toujours bienveillante, s’est progressivement créée autour de nous.

L’aspect technique n’a pas été un problème. Comme je suis un peu geek, la vidéo, la photo pour notre compte Instagram, les prises de vues avec un drone, ça m’éclate. J’avais toujours eu envie de créer un blog, mais je n’avais rien à raconter ! Le voyage a donc été une super occasion.

Lors des préparatifs, nous avons même trouvé un partenaire… sur un coup de tête ! Un jour, alors que nous avions fait pas mal d’achats chez le Décathlon près de chez nous, nous étions sur le parking prêts à repartir… pour finalement faire demi-tour et de parler de notre projet à la vendeuse. Elle nous a alors mis en relation avec la manager du rayon rando. Elle a trouvé le projet chouette, et nous a remboursé 500 euros sur nos achats !

L’équipe de Décathlon a même créé un logo « approuvé par la Team Ballet » pour distinguer les produits dans les rayons. On s’est même entendu pour leur envoyer des vidéos montrant l’utilisation de leurs produits. Ils prévoyaient de les afficher sur des écrans dans les rayons. On a bien envoyé plusieurs vidéos à Décathlon mais la manager n’a pas rebondi et c’est progressivement tombé à l’eau, probablement par manque de temps. Mais de mon côté, j’étais lancée : ça m’a donné l’envie de poursuivre les vidéos pour notre propre communication.

Et une fois rentrés de ce premier voyage, que s’est-il passé ?

Le retour a été difficile. On s’est demandé ce qu’on allait faire. Howard a changé de métier, il s’est lancé dans la formation. Les filles sont retournées à l’école, mais ce fut une année compliquée. Quant à moi, je me suis retrouvée seule à la maison. Je cherchais ce que je pouvais faire. Ce qui était sûr, c’est que je ne voulais pas repartir en entreprise. J’ai cherché les moyens de gagner de l’argent tout en travaillant à la maison.

J’ai commencé à développer une activité sur la plateforme 5euros.com. Je corrigeais le design de CV pour des chercheurs d’emploi. Sauf que je passais 3h de temps pour facturer 5 euros (lol).

Alors j’ai participé au Salon des Blogueurs Voyage. J’ai rencontré des professionnels du tourisme, assisté à des conférences qui parlaient de métier du web, de référencement. Pour moi le web et ses aspects techniques, c’était encore mystérieux, mais j’ai toujours adoré apprendre et acquérir de nouvelles compétences. Alors je me suis concentrée sur le métier de rédactrice web. Je me suis rendu compte que je pouvais rédiger pour les autres et être payée pour ça.

Tu as passé une formation pour te reconvertir à ce métier en mode « digital nomad » ?

J’ai découvert la « Famille digitale nomade », une famille qui voyage et tient un blog. Patrice, le père de famille, proposait une formation pour vendre sur la plateforme 5euros.com. Ça s’appelait “Gagnez 1000 EUR en 1 mois”. Le titre me laissait dubitative. En plus, c’était ma première formation en ligne. J’étais donc frileuse. Mais comme je connaissais Patrice et que j’avais confiance en lui, j’ai suivi sa formation. Et effectivement, je n’ai pas été loin de gagner 1000 euros en 1 mois, et surtout j’ai su que c’était tout à fait faisable.

Sur la plateforme 5euros.com, après cette formation, j’arrivais à obtenir 10 commandes en 2 heures. Puis j’ai eu des clients fidèles, et je suis sortie de la plateforme. J’ai fidélisé des prospects avec des prestations sur des besoins récurrents, surtout des articles de blog. Aujourd’hui, j’ai plus de connaissances, j’assure des prestations plus globales, avec de la création de site web et tout l’écosystème autour d’un site : le web marketing, le référencement, les réseaux sociaux. Je n’ai plus à démarcher un seul client.

Et comment fonctionnes- tu pour travailler ou te former ? Tu as des horaires précis, quel est ton rythme de travail ?

Mon Netflix, ce sont les formations ! Je suis tellement passionnée par ce que je fais, que j’ai du mal à décrocher de mon ordinateur. Je travaille pour mes clients mais j’ai aussi plein d’idées pour mes projets personnels. Le milieu du web me passionne.

J’ai exploré différentes pistes, comme le dropshipping. J’ai même ouvert une boutique Shopify que je n’ai finalement jamais lancée. Je ne me sentais pas alignée sur l’idée de faire une marge sans apporter de valeur. J’ai réfléchi à l’e-commerce mais je ne suis pas très consommatrice. Alors j’ai préféré m’intéresser à la formation en ligne. J’aimerais, à terme, créer mon propre infoproduit. J’ai les compétences, mais je n’ai pas l’idée. Et surtout, je travaille pour mes clients, alors je manque de temps pour ça. Mais j’ai tout de même lancé un deuxième blog, Formeez.com, pour aider les gens en désir de reconversion à choisir la formation adaptée à leurs envies.

Mon emploi du temps idéal, c’est travailler le matin et passer l’après-midi avec mon mari et mes enfants. Je n’y arrive pas encore, vu toutes mes idées de projets. J’ai dû apprendre à déléguer, confier à mon mari les cours d’écoles pour les filles. Il gère l’intendance et m’aide beaucoup dans mon travail.

Besoin d'un coup de main pour votre site internet ?

Vous manquez de temps pour rédiger des articles sur votre site / blog d'entreprise ?
Vous avez besoin de conseil pour votre marketing de contenu, votre stratégie éditoriale ?
Faites appel à notre collectif de pros du digital.

En parlant de l’instruction des enfants, comment faites-vous ? Faire l’école à la maison, c’est compliqué ?

Non. Pour moi, le compliqué, c’est un état d’esprit. Quand j’ai envie de faire quelque chose, je le fais et on voit après si c’est compliqué.

Quand nous sommes rentrés en France, j’ai inscrit mes filles dans une école Montessori. L’année s’est mal passée. Il y avait des violences physiques que l’équipe pédagogique n’a pas su gérer. Ma plus jeune fille pouvait se retrouver en larmes à la maison. Or quand mes enfants en parlaient aux adultes de l’établissement, il ne se passait rien et les coups continuaient. A un moment, le blabla ne suffit pas quand on a besoin de solutions. La limite est très étroite entre la bienveillance et le laxisme…

J’ai donc cherché une solution du côté des écoles privées, mais ma fille Ella, qui passait en CE1, ne savait ni lire ni écrire ni compter. Elle n’avait pas du tout été stimulée au sein de sa précédente structure, et n’avait pas le goût pour l’école. Elle manquait de confiance en elle et allait se retrouver au fond de la classe. A 6 ans, c’était un peu tôt pour être déjà en échec scolaire !

Alors, comme nous avions de toute façon l’intention de voyager et faire l’école nous-mêmes, on a commencé l’instruction en famille (IEF) plus tôt que prévu. Heureusement, il y a de nombreuses ressources pour pratiquer l’école à la maison, comme Pass education, Lesenfantsdabord.org ou Association-Unie.fr. J’ai également rejoint des groupes Facebook de familles qui faisaient l’instruction en famille dans mon secteur et proposaient des rencontres hebdomadaires.

Au moment où l’on se parle, vous êtes en Espagne. Quels seront vos futures destinations ?

Nous voulions partir vers des destinations lointaines comme l’Amérique du Sud mais la Covid en a décidé autrement. Mon mari et moi avons nos mamans en Bretagne, alors nous avons préféré ne pas partir trop loin. On connaît peu l’Europe finalement, donc nous sommes partis début 2021 au sud du Portugal pour rejoindre l’Espagne où nous sommes maintenant. Nous allons remonter vers le nord pour passer l’été en France, puis repartir en septembre.

Notre fille est fan de K-pop, elle nous travaille au corps pour qu’on parte en Corée du sud, en nous montrant des exemples de lieux touristiques, etc. On aimerait aussi se poser quelques mois à l’île Maurice, puis l’Amérique du Sud l’année prochaine, si le contexte sanitaire le permet.

Et en tant que voyageuse, quelles astuces donnerais-tu aux mamans, aux familles qui voudraient se lancer dans l’aventure comme toi ?

L’instruction en famille pour les enfants est tout à fait possible, mais pour s’épanouir les enfants ont besoin de relations à long terme avec d’autres enfants. Même si on voyage, il faut apprendre à créer du lien sur le long terme. C’est pour cela qu’on a créé les Villages nomades : l’idée c’est de créer des amitiés durables avec des familles qui vivent comme nous, pour nous retrouver et nous réunir de temps en temps sur certains lieux. C’est comme ça qu’on a tissé des liens avec Agotrip ou encore Ma Tribu en Vadrouille. Tous ces familles travaillent sur le net, et les enfants peuvent jouer ensemble.

Quelques mots sur Juliana Subtil
Juliana est une experte de la traduction de contenus pour les sites et blogs internationaux.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Tu veux participer à BlogueusePro.com ? Suggérer quelqu'un à interviewer ?

Prends contact avec nous, on te répondra !